Production de drageons sains de banane par la méthode de Plants issus de Fragmentation (PIF)

La banane  constitue  un aliment important dans l’alimentation du peuple haïtien. 30.000 has  sont plantés en plaine   et 31.000 has   en montagne. En montagne, la politique cafeière quand elle existait avec  HIPCADE encourageait la  culture de la banane  comme abri provisoire. En Plaine  la banane est cultivée éternellement et majoritairement   en monoculture. Certaines fois on la cultive  en association  avec  un  légume, qui est le haricot, l’aubergine ou la  tomate. Dans certains endroits  on fait l’association  Banane, pois mais, ou Banane   haricot manioc. Cette dernière  association  banane  manioc  n’est pas  totalement acceptée parce que elle cause un jaunissement  des feuilles et  un ralentissement   de la croissance  du bananier.

Le rendement des plantations est  très faible,  8 tonnes/ha  en plaine, 4 tonnes/has  en montagne. En cultures améliorées , on obtient  12 tonnes/ha, quand  des paquets technologiques existent en Haïti ,ils  permettent de  produire   35 tonnes /ha. La production  totale de la banane en Haiti  dans les annees  70-80 approchait 440.000 tonnes ou 2.200.000 régimes de 20 kilos en moyenne. Aujourd’hui la production se situerait aux environs de 176.000 tonnes.

Les causes  majeures à l’origine des bas rendements sont  le manque de disponibilité en eau, les carences des sols bananiers en azote, phosphore potasse, Zn , et Cuivre, l’action destructrice de certains parasites   trouvés dans le sol comme le charançon  et les nématodes , le déclin de la production du café et  enfin aujourd’hui la maladie du Sigatoka  noir qui  brulent les feuilles  du bananier empêchant le pied mère   de croitre et de fructifier pour donner   un régime  de poids  compris entre  70 et 100 livres.

 

A l’occasion du passage  des cyclones de l’été 2008   qui ont ravagé en général le pays et en particulier les rudiments de plantations de banane  et suite au lancement  d’un programme de distribution de drageons de banane  dans les zones endommagées par le  ministère  de l’Agriculture et la FAO, il est indiqué de relancer une fois pour toute  la production de  drageons sains , indemnes  d’œufs de charançons, de nématodes  et libres de la  maladie du Sigatoka noir qui est aujourd’hui la bête noir des planteurs. Agronome Michel William, ne pouvant pas le faire sur les radios communautaires de  terrain par manque d’argent, décrit  pour les agronomes du pays   qui fréquentent la  toile , la méthode  PIF ou plants issus de fragmentation. Cette méthode permet  de produire  à partir d’un drageon sain de banane  30 à 40  boutures de quatre  feuilles en  quatre mois alors qu’ en plein champ, il faudrait  espérer une production de 5 a 6 plants  non sains pendant une période  de  5 à 6 mois. Dans cette méthode, le   drageon local sain ou le drageon  des variétés tolerantes à la maladie du Sigatoka  Noir  peut  être utilisé.

Cette méthode comprend  cinq étapes

 

1o)- étape  Construction d’un serre et d’un germoir

2o)- étape Sélection  des plans sains et traitement   des drageons

3o)- étape Soins et entretiens des plantules

4o)- étape Sevrage et enracinement des plantules

5o)- étape Acclimatation des plantules de banana suivie de  distribution Construction d’un serre et d’un germoir

Un serre  à banane est une maison  en plastique fermée recouverte d’un toit  grillagé à mailles très fines pouvant laisser  passer  seulement de l’eau. Les bases  sont en maçonnerie.les parois  sont en plastique. Une dimension de 20 mètres de long. 10 mètres de largeur et 2,40 mètres  de hauteur  fournit assez  d’espace  pour travailler  sans  se gêner

Le plancher du serre  est fait de gravier fin de rivière   pour prévenir la formation de boue

Germoir

A l’intérieur du serre , deux à trois germoir, en forme de serre plus petits , sont construits  pour  la production des plantules. Chaque  germoir  a  deux à trois mètres de longueur,, deux mètres et un mètre   respectif de hauteur de largeur  obligatoire

La base du germoir est  un muret rectangulaire  de trois mètres de long, un mètre trente  de largeur  et quarante  centimètres de hauteur  formant une cave  avec  des trous de drainage. Le  fond de la cave  est tapissé d’un plastique  percé de trou. Sur le plastic  on met une couche de terre  noir de  vingt  centimètres  de hauteur. Au dessus de la terre noire, on met une nouvelle couche de ripes de planche  d’égale  hauteur  (20) centimètres .

Le toit comme les  quatre façades du germoir est recouvert  d’un plastic épais  et étanche ne laissant  dissiper aucune forme de chaleur.et ne laissant  entrer  aucun air. La construction du germoir doit produire  une température et une humidité telle qu’elles  sont capables de  tuer tout organisme  externe qui pourrait se trouver à l’intérieur du germoir.

La dimension de chacun  des trois  germoirs permet de produire  40 à 60.000 plantules à l’année.

Sélection et préparation des drageons destinés à la production de plantules

Les drageons destinés à la multiplication par fragmentation  doivent provenir   d’un pied sein de bananier ‘Ils doivent être robustes , avec une base  assez  large et surtout provenant  de la même variété pour éviter de produire des plantules disparates.

Ces drageons une fois sélectionnés, leur nettoyage  doit être fait   en dehors du serre. Enlever  toute tache noire, , toute particule de terre, toute racine  pourrie ou sèche.

Couper la tète du drageon, laissant seulement  deux centimètres de collet..Laisser les passer une  nuit  à la belle étoile. Le lendemain, avec un  couteau, piquer et détruire  les  deux centimètres de collet  antérieurement laissés, pour empêcher un bourgeonnage par le haut..Mettre  les drageons ainsi préparés à tremper  dans une solution de  Vydat L pour détruire  les traces   d’œufs de charançons ou de nématodes  qui pourraient  s’y trouver. Pendant trois minutes  et les  laisser  passer une nouvelle nuit au dehors  pour se dessécher..Apres cette deuxième nuit , mètre les drageons  dans le germoir sous leur drap de ripes de  planche et les arroser  légèrement.

Soins et entretiens  des drageons dans le germoir

Les soins commencent deux semaines après  , lorsque des œillets  commencent  à poindre  sur le pourtour de chaque  drageon. Couper la tète  détruire  et » Tchiake « chaque  plantule  qui apparaît sur le pourtour du drageon, pour les exciter  à  émettre de nouvelle pousses.

Deux à quatre semaine  après cette opération, chaque  pousse anciennement détruite  va donner  quatre à quinze    nouvelles pousses .A ce moment  vous obtenez  un ensemble de plantules de banane , de la longueur d’un crayon avec deux feuilles chacune. On  va procéder au  sevrage  des jeunes pousses

Por récolter ces premieres pousses  on tire  chaque drageon de la ripe de planche et avec un couteau on extrait une  à une  les  plantules  du drageon mère..Ensuite on remet le drageon mere sous son drap de ripe de planche pour qu’il émette  de nouvelles  plantules  jusqu’à ce qu’elle   n’en soit pas capable.

Sevrage et  enracinement

Chaque plantule  sevrée de sa mère est  mise  dans un pot de juna ou dans  un plastic de yogurth contenant un compost léger noir, rempli de fumier .C’est la  que la  jeune pousse  va commencer à émettre  ses propres racines. Ces pots  de juna  sont déposés  dans des espaces  aménagés à l’intérieur de la serre  et sont arrosés  chaque matin pour qu’elles  ne soient jamais privées d’eau. Il faut qu’à chaque entrée dans la serre  des gouttelettes d’eau soient vues sur les feuilles .Elles  y resteront deux à trois semaines    à l’intérieur de la serre , en veillant  à ce qu’il n’y ait aucune  trace de mauvaises herbes  dans les pots.

Acclimatation et distribution

Acclimatation  veut dire entrainement et soins pour la vie   dans le jardin.

Après deux à trois semaines d’enracinement, les plantules vont  changer de pots en plastic  plus gros  qui reçoivent le même  compost tout en restant à l’intérieur de la serre. Arroser les  chaque fois c’est nécessaire. Après  trois mois  et demi, mette  les  plantules  au dehors du germoir pour qu’elles reçoivent plus de soleil. Aussitôt qu’elles sont  à quatre feuilles  vous pouvez commencer leur transplantation  en plein champ.

Toujours les arroser  pendant la première semaine  de transplantation  pour éviter  trop de stress. Une fois  qu’elle  auront fait la reprise, elles se développeront plus vite  que  tout autre plant  mis  en terre  au même moment.

 

Share

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*