Les tweets annonciatrices de la manifestation du 12 septembre 2017

Le président Jovenel Moise jouissant d’une légitimité extrêmement faible du corps  électoral, sept cent mille votes sur  un total de six millions  Haïtiens en âge de voter, doit montrer beaucoup  de prudence et de sagesse dans la gestion du pouvoir. En plus de ce déficit de légitimité, le gouvernement de  l’administration Jack Guy Lafontant est formé d’un ensemble de ministres, de directeurs généraux et de directeurs d’organismes autonomes nommés par les sénateurs et les députés. Il en résulte que l’administration de Jack Guy Lafontant est une excroissance du parlement  et qu’elle  a  proposé un budget 2017-2018 taillé à l’aune de  la majorité gouvernementale qui l’a nommée. En conséquence de quoi, le budget 2017-2018, n’est plus l’expression de la vision  la politique du président  de la république telle que  décrite au cours de ces deux ans de campagne électorale, mais plutôt le projet de vision politique d’un groupe de parlementaires aux idéologies disparates en quête de réussite  personnelle ,fusse-t-elle conçue au péril de la société haitienne.De plus en votant cette  loi budgétaire sans soulever des débats qui permettraient à l’opinion publique de comprendre les desseins cachés du quatuor : Bourgeoisie, Exécutif, le Parlement nébuleux  et le PHTK de Martely dans la conception de ce budget, le pouvoir législatif s’est discrédité.

C’est ce qui a transparu aux yeux de la majorité intellectuelle d’Haiti qui réfléchit sur le bien fondé de ce budget. On a  en mémoire comment Mr  Henri Salvador Lamothe avait été éjecté de sa chaise de Premier ministre  parce que son ministre des finances de l’époque,  Wilson Laleau , avait osé vouloir récupérer quelques cinq cents millions de dollars américains  sur un ensemble de 23 produits  qui traversaient la  frontière terrestre  haitiano-dominicaine sans payer les taxes ou  les frais de  Douane. Cette fois, mr Wilson Laleau, conseiller économique et chef du cabinet privé du président  a bien retenu la leçon apprise au ministère des finances et de l’économie. Il a décidé de commanditer un budget qui tout en faisant la part belle aux parlementaires, a excellé dans la protection des ayants droits de l’oligarchie  commerciale de Pétion Ville , de Furcy et de Kenskoff.Le faisant , il a choisi aussi de franchir l’infranchissable en dépassant la ligne rouge au-delà de laquelle se cristallisait  la colère des  sempiternels  sans voix et des éternels exploités. Il a choisi de faire  payer les prévisions  budgétaires   par cette classe qui depuis  plus de soixante ans rêvent d’un pis aller qu’aucun parti  politique, toute chapelle confondue  n’arrive pas à lui procurer 

D’autres forces  économiques proches de l’oligarchie traditionnelle  qui ont soutenu l’élection du candidat Jovenel Moise et celle des parlementaires de la majorité contemplent un futur politique sans issue économique pour eux  et se sentent fragilisées.

Le président Jovenel semble perdre ses  ressorts  .Il est tenaillé par toutes les forces politiques et économiques  du moment qui ne songent qu’à amasser un magot qui pend l’allure d’un butin de guerre. L’opposition politique a sauté dessus et s’en régale en invitant au festin de la contestation tous les convives frustrés du PHTK de Martelly ,de Préval et de fanmi Lavalas.Voilà mon explication de la grande foule de manifestants qui a essaimé les rues de Port-au-Prince ,la journée du 12 septembre 2017 en dénonçant la criminalité du budget 2017-2018 ,laquelle  a fait aussi de la majorité parlementaire gouvernementale la complice l plus cruelle de l’exécutif.

Du 16 aout  au 12 septembre 2017 , j’ai posté un ensemble de tweets qui étaient comme le présage d’un mécontentement général dans la  population. Je livre à votre gourmandise les mets de cet ensemble de tweets ,Bon appétit.

1-Mis à part le parlement ,le pouvoir exécutif et une infirme partie du PHTK, il y a dans l’opinion publique un fonds de méfiance généralisé contre le budget 2017-2018

2-Même si j’appuie l’idée de la caravane du changement, je n’oublie pas qu’elle est d’abord une stratégie pour faire la part belle à des amis dans le budget 2017-2018.

3-Nan seri manifestasyon pou fê pêp la pran la ri,pou esprime  kolê li, kont vot bidjê sa, ti pep la di, li touche anpil mil goud ,poul ale oswa poul rete la kay li,.

4-Depi nan etid bidjê17/18 nan nivo ekzekitif rive nan vot li nan paleman an,2 pouvwa yo vize yon sel bagay: Koman fê kob la  pi vit pi fasil

5-Utiliser la PNH pour juguler un débordement dans une manifestation  contre le budget 17/18 peut avoir un effet boomerang pour le pouvoir.

6-La brutalité de la violence dont les pouvoirs exécutif et législatif ont fait preuve dans la loi budgétaire 17/18 annonce un mauvais présage

7-Une bonne loi budgétaire est une loi contre laquelle il y a eu des débats parlementaires entre  la majorité gouvernementale et l’opposition

8-A vouloir tout prendre du peuple et rien du gros commerce dans le budget 17/18, Jovenel  Moise fait cristalliser la colère de la rue.

9-L’année fiscale 2017/2018 sera chaude pour Jovnel Moise parce l’adoption du budget par le parlement a cristallisé la colère de la population.

10-Avec les séismes,les ouragans et le vote à répétition par le parlement de ces budgets dévastateurs  Haiti est orphelin d’espoir et d’avenir.

11-Sak pi kriminèl nan vot bidjè 17/18 la,ekzekitif ak paleman  pa al chache kob bidjê nan men kontrebandye yo,yal chache’l nan men sak pi pov yo.

12-Kedler Ogisten gen odas,poul pale nan ranmase jodia,apre deblozay briganday li renmet nan vot bidjê 2017/2018 la:Eske se pou mounn Nodwès lap pale a?

13-Nan plen la twoublay IRMA lage popilasyon an, apre dezaz siklon Matye kite pou nou, depite ak senatè ki vote bidjê sa,montre yo pa renmen nou !

14-Heureusement Irma a tangenté Haiti qui avec ses budgets à la Wilson Laleau ne se relève pas des états de sidération après chaque catastrophe

15-Dans le vote du budget 2017/2016 au sénat de la république Haiti les élus locaux se considèrent comme les victimes d’une série de coups bas

16-Que peut et doit faire J Moise pour déminer l’opinion publique que lui même a contribué à miner avec son état- major politique au parlement?

17-Tout mizisyen sanble nan mizik, men nan politik yo tout pa menm, Grasya Delva, Sweet Miki, Jak sovê Jan fê zewo devan Don Kato

18-Nan vôt bidjè sa,si yo ta mande’m pou’m vote younn nan senatê ki chaje ak doktora an ba a, ou konen  se Don Kato,m’tap revote  zye  fêmen?

19-L’honorable sénateur des votants de la périphérie, DON Kato,peut il sauver les meubles dans l’incendie budgétaire allumée par le sénat ?

20-Le vote du budget 17/18 au sénat d’Haiti est une lutte sans merci entre l’équipe de Jovenel  Moise et celle de  Jocelerme Privert pour le partage du butin

21-Des doléances médiatiques à la grogne ,la population haitienne se rebiffe contre le vote d’un budget  qui ne  profite  qu’au pouvoir central.

22-Dans le pouvoir du PHTK les amis sont des ennemis et les ennemis sont les amis, enfin de compte Jovenel Moise ne peut pas compter sur personne

23-Si tout bidjê a te etidye par depatman ak otomi 9 depatman yo, pa tap gen tout goumen sa yo ant politisyen potoprens pou separe kob  bidjê a .

24-Daprê reyaksyon  tout peyi a sou bidjê 2017 2018,chanm depite a te vote 2 zye fèmen, ,yo akize depite yo de asosyasyon malfektê.

25-Même le feutrage de la visibilité des activités criminelles ne fait pas partie du souci  de la politique fiscale du quatuor PHTK au pouvoir.

26-Prezidan jovnel, pa ka ranvwaye paleman an,li pa ka dirije ak li,san chanje 1er minis lan ,chak ane,yon sel solisyon: desantralizasyon bidjetè

27-Koripsyon an rive yon wotê,nan pouvwa PHTK/Palemantê a,prezidan Jovnel oblije fê yon bidjê desantralize/depatman poul boukle fen manda li.

28-Si prezidan Jovnel fè yon pwogram desantralizasyon bidjê a, par depatman, lap ka  redwi nivo koripsyon nan mitan ekip PHTK a nan Potoprens

29-Sonje mwen te di prezidan Jovnel, sel fason poul soti an ba ekip kowonpi Preval,Mately, Priver nan administrasyon  PHTK,se desantralize bidjè a

30-Podyab prezidan Jovnel, m’sye ap viv ak patizan prezidan  Mately yo,menm sitiyasyon Preval1 tap viv avek prezidan Aristid nan Tabar an 1997

31-Mwen vle tout entênot konprann, gen yon antant parfê ant prezidan Jovnel ak 50 em lejislati a,pou yo separe pouvwa ak lajan peyi a .

32-Yon konseye  depatmantal a ran minis,ap gen yon ansanm espesyalis,kap ede tout elu lokal yo,planifye bidjê ak pwogram devlopman depatman yo

33-Dwe gen yon relasyon fonksyonel ant desantralizasyon bidjè a,eleksyon endirek yo ak rezilta prezidan Jovnel Moyiz ap chache nan pwojê karavan yo.

34-Nan jan 50ème  lejislati a te monte, ak nan fason paleman sa te nonmen  minis ak direktè jeneral yo,yo vle se yo ki  dwe jere bidjè peyi a

35-Prezidan Jovnel dwe konen Karavan chanjman  pap ale okenn kote,si li pa vle desantralize bidjê an favê kolektivite teritoryal yo.

36-Samdi 26 Out 2017,m’pase nan Caribe Convention Centre,m’jwenn anplwaye Damyen kap prepare aktivite sep/oct nov,desanm.ekzԺsis 2017-2018,  sou bidjè rektifikatif 16-17

37-Politik se batay ant klas posedan  yo pou fê kob sou têt ki pi piti yo, m’di bravo,si jovnel ta selman rive depanse kob  bidjè a nan mitan gwo nèg potoprens,  pou fê yon ansanm pwodiktè benefisye

38-Le rôle de la politique n’est pas d’éradiquer les activités criminelles mais d’éradiquer la visibilité des activités criminelles

39– La politique est l’art d’obtenir de  l’argent des riches et des suffrages des pauvres sous prétexte  de les protéger les uns des autres  ( Jules  Michelet)  Le monde.fr

Share

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*